2 août 2010

Quand la réalité nous rattrape...

Toute bonne chose ayant une fin, me voici de retour de ces quelques jours au soleil.
Atterrir sous la pluie me donne déjà envie de repartir...malheureusement, il faut l'argent qui va avec, et il n'y en a plus. Il va falloir renflouer la barque!
Mais d'abord, un petit tour d'horizon de ces vacances. Premier article, Paleo.


Après une année de pause, le programme de l'année passée ne m'ayant pas motivé (et qui a été rapidement remplacée par une virée à Ibiza), je retrouve la bonne ambiance de ce festival qui rythme mes étés depuis...presque 10ans régulièrement, avec quelques passages plus jeune.

Et bien je dois avouer que cette ambiance m'avait manquée! Si particulière, si chouette, si animée que tu peux parler avec tes voisins sans problème, ils ne te prendront pas pour des fous, si bien que tu découvres des groupes tout les soirs, et que tu finis sur les rotules au début du matin. Mais que dire de cette 35ème édition qui, pour un 35ème, n'avait selon moi pas un excellent programme pour une date pareil?

Étonnamment, le public cette année a été très difficile. L'ambiance pendant les concerts étaient morne. A part les quelques premiers rangs de véritable fanatique, j'ai rarement vu la grande scène bougé de haut en bas, comme lors des concerts de muse ou de Dionysos. Mais il y a quand même eu de grand moment sur cette si bien nommée grande scène! Je pense en particulier à Iggy & The Stooge, Johnny Clegg, Crosby Still & Nash, et John Butler Trio qui fut mon meilleur concert, n'ayant pas été voir Indochine pour cause personnelle, à ma grande déception assumée.

John Butler Trio

D'autres découvertes ont eu lieu sur les autres scènes : Klaxons, que j'attendais particulièrement, m'a fait sautillé comme je les croyais capable. Hocus Pocus, N.E.R.D., Diam's (même si je connaissais quelques chansons), Two Door Cinema Club m'ont étonnamment surpris. Moi qui n'écoute pas trop de rap, j'ai adoré le mélange avec le jazz du premier groupe, Pharell Williams et sa classe dans le second, l'énergie de la troisième, et le rythme pas du tout rap des derniers. Et Saez m'a détruit pour toute la semaine.
Hocus Pocus

La grosse déception de l'année : Olivia Ruiz. Après l'avoir vue deux fois dans les scènes couvertes, la voir se démener sur la grande scène sans résultat m'a fait de la peine. Son spectacle doit sûrement être bien, mais pour ses fans. Difficile d'accès sur ce festival. J'ai été également déçue des critiques sur le concert de M, que j'ai trouvé magnifique. Chanter faux, quand? Et alors, ça ne change rien à la magie que ce petit mec à grande perruque peut dégager. Pour moi, un énorme concert.
M

En résumé, cette année ? Contente de retrouver une bonne ambiance dans le camping, d'entendre à nouveau le bamboulé et de découvrir le cri Corentin de la tente d'à côté, d'entendre à nouveau de la musique dans tout les coins, de faire des découvertes, d'être "in the N.E.R.D." et de rire de tout. En espérant un programme haut en couleur l'année prochaine, je replongerais dans mes souvenirs en attendant.
A tout de suite pour une autre histoire

Aucun commentaire:

Publier un commentaire