31 juillet 2011

j'ai toujours préféré aux voisins les voisines

Mini speech : La banlieue américaine ne se résume pas à ses pelouses manucurées, ses parterres de fleurs bien ordonnés et ses barbecues entre voisins. A travers des portraits de femmes tout en nuances, Marisa de los Santos révèle les fêlures d'une société obsédée par la perfection. Cornelia Brown en surprend plus d'un lorsqu'elle décide de quitter l'agitation de Manhattan pour s'installer dans une banlieue chic et tranquille avec son mari, Teo. Mais son nouveau lieu de résidence lui réserve bien des surprises. Parmi les " desperate housewives " qui l'entourent, certaines, comme l'impeccable Piper, sont loin des stéréotypes qu'elles semblent incarner. Car derrière ces vies en apparence si rangées se dissimule plus d'un secret...
D'abord, je tiens à nouveau à remercier livraddict et les éditions le livre de poche pour ce partenariat.
En lisant le résumé de ce livre, je m’attendais à un récit de la série « Desperate Housewives », comme promis. Donc pour moi, il y aurait des tromperies, des secrets improbables, des histoires croustillantes, dans le chick-lit. Et bien ce ne fut pas cela, mais je ne fus point déçue.
Tout d’abord, j’ai été un peu surprise par la structure du roman : balancement entre le « il » et le « je », amené par Cornelia, un des personnages principaux. Au départ, j’ai eu de la peine à comprendre qui parlait. Puis, tout est devenu fluide et logique au fur et a mesure que je me familiarisais avec les personnages : Dev, Lake, Teo, Piper, Tom, Elisabeth et Karl. Une écriture fluide m’a amené à être accroché à leur aventure, qui pourrait très bien être réelle.
Ces personnages sont d’ailleurs bien construits. Peu de description, et elles sont bien amenées. Peu de longueur de ce fait. Un petit bémol à la résolution, car j’ai très vite compris la solution de l’énigme de Dev. Mais tout a été si bien amené que j’ai quand même eu quelques doutes.
Ce livre parle beaucoup de la grossesse, voulue ou non, et de fausse couche. Je ne le conseillerais donc que moyennement à des hommes. Mais tout de même, il serait bien utile à certains ! Il m’a beaucoup touché. Il aborde également les derniers mois d’une femme atteinte du cancer, qui m’a particulièrement émue. Les phases où tout va pour le mieux se succèdent avec les phases de déni, et la mort devient inévitable. J’en ai eu les larmes aux yeux.
Beaucoup de moment de tristesse, mais des grands moments de joie dans ce livre, que je conseillerai pour un moment détente en période de bonne humeur !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire