28 janvier 2012

A Paris à vélo...

Découvert pendant une des nombreuses séances que je me suis faite ces derniers temps, je n'avais pas trop compris la bande annonce. A part qu'il parlait d'amour entre couple, enfants, mère-enfant. Et une petite mélodie : "Au ciel, au ciel, au ciel". Et du coup, je me suis dit qu'il fallait y aller pour comprendre. 


Et j'ai compris que j'aimais définitivement le réalisateur, Jean-Marc Vallée, qui avait aussi fait le magnifique "C.R.A.Z.Y". Donc en fait, on se balade entre Montréal en 2011 et Paris en 1960. Déjà, faut comprendre les balances et les personnages. Ensuite il y a l'accent qui s'y mèlent. Et les sous-titres qui sont là ou pas, mais ceux en allemand, toujours.
Après un moment de flottement, il y a la bande son. J'adore. Un peu trip hop trance je sais pas quoi, j'ai planqué mon téléphone sous ma veste (fais froid au ciné) et j'ai allumé shazam. Et j'irai acheter la bande son. Parce qu'en fait, on ne parle pas du tout du café de Flor où allait Sartre, mais d'une chanson. LA chanson.
Malgré quelques longueurs, ce film reste très beau. Bon peut-être un peu tiré par les cheveux selon comment vous prenez la fin. Mais j'ai beaucoup aimé. Les flammes jumelles, les âmes soeurs, l'amour... Comment protéger celui/celle qu'on aime, vivre sans, comprendre...
Bref, un bon moment, rempli de sentiment. Et la relation jouée par Vanessa Paradis et le jeune trisomique est juste magnifiquement jouée. Une belle découverte dans ce film.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire