1 juin 2013

Court comme un coup

Encore un mot, un mot nouveau, un mot tout chaud, qui m'a fait sortir un petit livre de ma bibliothèque, depuis longtemps caché derrière les autres. C'était la couverture qui m'avait intrigué.
 

Un petit récit touchant, écrit par la fille du juge Boulouque, qui était juge anti-terroriste en 85, et qui s'est suicidé. Donc comment elle a tenté de vivre avec ce suicide dans sa vie d'enfant, et égalemenet comment le métier de son père a touché son enfance. Des bribes de souvenirs, des tentatives pour comprendre, un temps fragmenté, comme une enfant.
Ce n'est pas l'histoire du juge, mais l'histoire du père absent. Dans un style simple, on tente d'imaginer ce qu'elle a bien pu ressentir. On reste pas mal dans les faits, justement ces tentatives de souvenirs. Des images qui vont et viennent. Un bon moment malgré la dureté du sujet.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire