17 septembre 2010

Laissons entrer le soleil

En mode lecture depuis quelques jours (et bien oui, j'aimerais faire descendre cette pile qui attend à côté de mon lit et celle qui attend dans la bibliothèque avant la rentrée de mardi, mais...c'est pas gagné...) voilà où me mènent mes découvertes.

Encore une fois, Haruki Murakami me transporte au Japon, pays qui m'est inconnu mais que j'imagine un peu grâce à ses récits. Cette fois, pas de magie, juste de la réflexion. Et un peu d'action. Tout petit peu. Et très cru comparé au reste du récit. Il n'est pas facile de s'accrocher aux personnages qui sont à peine esquisser, ce qui n'enlève en rien la question principale : trompera? trompera pas?
Un mélange de musique et d'amour qui me plaît, mais qui malheureusement m'a quand même un peu déçue. Bon, passer après Kafka sur le rivage peut être difficile.
"Tout ce qui a une forme finit par disparaître, mais certaines pensées laissent des traces éternelles".
Autre chronique du même auteur : 1q84 tome 1

Aucun commentaire:

Publier un commentaire