18 mai 2011

La pluie est une larme d’oiseau

Un Malzieu, ça ne se refuse pas. Même en période d’examen, il ne faut pas résister. Et encore une fois, je n’ai pas été déçue, loin de là.


Résumer un de ses livres, c’est enlever du charme à toute l’histoire. La seule chose que je dirais, c’est qu’il met en scène un cascadeur maladroit qui a le cancer et une oiselle dans un hôpital.
Encore une fois, le style d’écriture va droit au but, simple tout en étant percutant, plein de métaphore magnifique. Combien de temps met-il pour trouver des mots aussi juste pour exprimer un sentiment, j’imagine énormément de temps mais tout semble simple. Touchant, imaginaire, un véritable conte pour adulte en mal d’enfance. Mais les thèmes restent pour adulte. Je me vois mal raconter cette histoire à un enfant de trois ans. Pourtant, c’est tellement magnifique qu’il devrait l’entendre aussi…Rien que pour comprendre que la maladie, l’hôpital, n’est pas aussi effrayant qu’il le semble, que des transformations magnifiques peuvent aussi se faire.
La maladie a toute sa place dans ce livre, elle prend toute la place, mais ce n’est pas une maladie triste. Elle permet de s’envoler, de rencontrer, de réfléchir, de se battre.
Oui mes mots ne sont pas très concret, j’ai peur de trop en dire et en même temps, j’ai l’impression de déjà trop dire. Une histoire superbe, encore une fois, un auteur-compositeur qui nous fait oublier ses musiques (dont je suis également fan), un artiste énorme à ne pas rater. Mathias Malzieu, un artiste unique et généreux, que ce soit en écrivant qu’en chantant. Vivement la suite de l’aventure.
J’en ai pleuré.

D'autres romans : 38 minis western (avec des fantômes)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire